100 ans de découverte de l’insuline : saisir le relais pour franchir la ligne d’arrivée

100 ans de découverte de l’insuline : saisir le relais pour franchir la ligne d’arrivée

463 millions, près de 1/2 milliard. Voilà le nombre de personnes au monde vivant avec les différentes formes de diabète. Parmi elles, nous comptons des proches, pour lesquels cette maladie potentiellement invalidante peut désormais être maitrisée par la médecine moderne. Pourtant, il n’y a pas si longtemps dans l’histoire de l’humanité, le diabète était un redoutable tueur. C’est à la découverte de l’insuline que nous devons le progrès médical le plus significatif qui, aujourd’hui, donne à des milliers de personnes la possibilité de mener une vie relativement normale.

Découverte en 1921 par un groupe de chercheurs, dont plusieurs Canadiens (Banting, Best, Macleod et Collip), l’insuline est utilisée pour la première fois quelques mois plus tard. Cette percée majeure, objet d’un prix Nobel de médecine en 1923, marque le début d’une ère nouvelle pour la prise en charge du diabète, dont le type 1 auparavant  mortel devient alors une maladie chronique. Depuis, de multiples avancées ont permis de développer plusieurs autres solutions thérapeutiques.

Quel formidable exemple de réussite pour la recherche médicale! Cette dernière, qui évolue souvent trop lentement à notre goût, est néanmoins le fondement de la médecine moderne, garante de l’amélioration constante de la qualité de vie et du maintien de la santé des personnes. Un siècle plus tard, cette avancée spectaculaire sauve des millions de vies au quotidien.

L’impact monumental de l’insuline sur l’humanité, même ses découvreurs n’auraient pu le prévoir avec certitude. Mais ils ont espéré et ils ont persévéré… pour demain.

La recherche porteuse d’impact est une course de relais. Course, car chaque jour équivaut à des vies gagnées. Relais, car c’est un travail de longue haleine au cœur duquel chaque chercheur endosse la responsabilité quotidienne de faire sa part avec rigueur et persévérance, pour trouver des solutions et remettre à la relève la connaissance ainsi acquise… lui donnant une longueur d’avance. La recherche, c’est aussi de croire fermement que la relève poursuivra la course et nourrira l’espoir…

Au-delà des chercheurs fondamentaux et cliniques, cette entreprise requiert l’engagement d’un village composé de patients-partenaires, d’étudiants assurant la relève scientifique, de professionnels travaillant souvent dans l’ombre, mais aussi de donateurs, de philanthropes et d’agences subventionnaires pour financer le tout. 

Ainsi, l’aventure de la recherche trouve sa force motrice dans l’engagement du plus grand nombre et dans la promesse de demain. Héritiers d’une richesse cultivée par d’autres avant nous, nous avons le devoir collectif de la bonifier et de la faire prospérer pour les générations à venir. Et la ligne d’arrivée, c’est lorsqu’ensemble, toutes générations confondues, nous avons réussi à prévenir une maladie et à anéantir son pouvoir invalidant ou meurtrier. Voilà pourquoi, quand il s’agit de recherche, chacun à un rôle essentiel à jouer. C’est aussi le cas pour le diabète.

Aujourd’hui, alors que nous célébrons les 100 ans de cet héritage et la qualité de vie qu’il offre à nos proches, il nous faut aussi rappeler que cette course est encore loin d’être gagnée. Car, si grâce à la science la médecine moderne sait mieux gérer le diabète, le nombre de personnes atteintes est en progression à l’échelle planétaire. C’est sans compter les disparités dans l’accès aux traitements selon les pays et les groupes socioéconomiques. C’est pourquoi, sur les traces de nos prédécesseurs, notre génération se doit de persévérer dans la quête de solutions. La bonne nouvelle, c’est qu’ils sont nombreux dans le monde, et ici au Québec, à avoir pris le relais avec détermination, rigueur et excellence!

À l’IRCM, des équipes de recherche fondamentales et cliniques consacrent leur vie à la lutte contre le diabète. Des scientifiques indépendants et passionnés comme Jennifer Estall, May Faraj, Mathieu Ferron ou Rémi Rabasa-Lhoret étudient de multiples aspects de cette maladie afin de dévoiler des avenues novatrices pour la prévenir et la traiter. Que ce soit en examinant le rôle d’hormones comme l’ostéocalcine, en étudiant les facteurs nutritionnels impliqués, en proposant des technologies de pointe comme le pancréas artificiel, ou tout simplement en dévoilant des facteurs méconnus à l’origine de la maladie, nos chercheurs et chercheuses se démarquent par leur grande contribution à la connaissance qui fera évoluer les traitements actuels.

Ce 14 novembre 2021, célébrons les 100 ans de découverte de l’insuline dans l’espoir qu’en 2121, les générations futures célèbrent elles aussi un cadeau reçu de nous. Qui sait? Nous pourrions bien être la génération qui franchira la ligne d’arrivée… 

Soutenez la recherche menée à l’IRCM et contribuez à faire avancer la connaissance médicale sur le diabète!
 

Le Devoir, édition du 13 novembre 2021.

Retour à la liste des nouvelles

Infolettre

Découvertes,
événements et plus

Je m’inscris

Fondation de l'IRCM

Faites partie de la
solution

Soutenir la recherche