Excellence en neuroendocrinologie : Jacques Drouin reçoit le prix international Rolf Gaillard

Excellence en neuroendocrinologie : Jacques Drouin reçoit le prix international Rolf Gaillard

L’IRCM est heureux d’annoncer qu’un de ses chercheurs, le Dr Jacques Drouin, a reçu le prestigieux prix Rolf Gaillard de la European Neuroendocrine Association (ENEA)

Financé par la Fondation pour la recherche en endocrinologie, diabétologie et métabolisme, le prix Rolf Gaillard est remis à un membre de l’ENEA qui s`est démarqué par un ensemble de contributions exceptionnelles en recherche fondamentale ou clinique dans le champ de la neuroendocrinologie. 

« Il s’agit d’une belle surprise pour moi. Recevoir ce prix dont la réputation n’est plus à faire est un véritable honneur qui, individuellement et pour la communauté des scientifiques, nous motive à aller de l’avant dans la recherche de pointe qui peut changer des vies, » a confié le Dr Jacques Drouin. 

« Constater le rayonnement de l’excellence de la recherche à l’IRCM est une source de vive satisfaction. Il s’agit d’une importante distinction pour notre institution et pour la recherche scientifique menée au Québec, » a déclaré Jean-François Côté, président et directeur scientifique de l’IRCM.

À propos de Jacques Drouin
Directeur de l’Unité de recherche en génétique moléculaire de l’IRCM, Jacques Drouin est biologiste moléculaire et généticien qui détient une longue expérience et de nombreuses contributions sur la régulation de l’activité génique, la génomique, l’épigénomique et la biologie du cancer. En plus d’être chercheur à l’IRCM, il est professeur à l’Université de Montréal et professeur associé à l’Université McGill. Il est membre de la Société royale du Canada ainsi que l’Académie canadienne des sciences de la santé, et il a reçu un diplôme honoris causa de l’Université d’Aix-Marseille. Ses contributions portent sur les bases moléculaires de la fonction, du développement et des pathologies de l’hypophyse. Il a découvert des facteurs de transcription impliqués dans les déficiences hormonales et des mécanismes de rétroaction des glucocorticoïdes impliqués dans la résistance hormonale des adénomes qui causent la maladie de Cushing.  

Retour à la liste des nouvelles

Infolettre

Découvertes,
événements et plus

Je m’inscris

Fondation de l'IRCM

Faites partie de la
solution

Soutenir la recherche